Les archives du Forum Catholique
Forum | Documents | Liens | Q.F.P. | Oremus

Les archives du Forum Catholique

JUILLET 2003 A MARS 2011

Retour à la liste des messages | Rechercher

Afficher le fil complet

Le Message Imprimer
Auteur : 8Charly
Sujet : Texte clair ?
Date : 2011-03-08 14:51:28

Je l'ai lu, imprimé, analysé mais je ne comprends toujours pas : le concile il est responsable de la crise ?

En introduction de la première partie:


Nous n’avons évidemment jamais dit que le concile Vatican II serait la cause unique de la déchristianisation
contemporaine, la source exclusive de tous les maux actuels de l’Église, la clé
explicative complète de la crise religieuse : il y aurait là une conception ridicule.
Il est au contraire certain que la crise que traverse l’Église depuis un demi-siècle possède de
multiples explications, des causes très diverses, dont on peut rapidement établir une liste sommaire.




En conclusion :

Toutes

ces explications, toutes ces mises en perspectives, toutes ces nuances, nous les admettons
de bon coeur. Cependant, elles ne peuvent ni ne doivent effacer un fait évident : une crise religieuse
d’une extrême violence a éclaté pendant et après Vatican II.
Cela ne suffit nullement à démontrer que le Concile en soit la cause principale. Mais cela empêche
d’affirmer sans aucune autre forme de procès que le Concile n’y est pour rien. Au minimum, il
est nécessaire d’examiner, de s’interroger : deux phénomènes aussi visiblement concomitants
(Vatican II, la crise religieuse et morale) peuvent-ils n’avoir strictement aucun lien de causalité ? Il
serait difficile de faire avaler un tel « miracle » à n’importe quel historien sérieux.



Donc si je suis sérieux le concile est bien responsable de la crise d'après.


Et le texte d'ajouter:


Cette crise provient-elle, au moins en partie, de Vatican II ?
Cette crise a-t-elle pour origine, au moins en partie, le concile Vatican II lui-même ? Reprenons
le fil de l’histoire pour comprendre la position de la Fraternité Saint-Pie X à ce propos.
Mgr Lefebvre a participé activement au Concile. Il a certes voté jusqu’au bout, comme il en avait
le droit, contre le décret sur la liberté religieuse, contre celui sur l’oecuménisme et contre la Constitution
Gaudium et spes : mais cela signifie, en contrepartie, qu’il a voté pour les neuf autres documents.
On ne peut donc dire que Mgr Lefebvre aurait refusé le Concile en bloc, par principe, avant
tout examen. D’ailleurs, si Mgr Lefebvre avait été un opposant déclaré, de principe, Paul VI ne lui
aurait certainement pas adressé en 1972 une lettre de félicitation pour ses 25 ans d’épiscopat.
Mgr Lefebvre estime, durant le Concile, que certains textes contiennent de véritables « bombes »
doctrinales à retardement. Cependant, il attend de voir quelles conséquences auront effectivement
ces textes explosifs. Mgr Lefebvre applique le principe évangélique : juger l’arbre à ses fruits.
Car un texte peut être précisé, orienté, rectifié par l’interprétation qu’on en donne. Malheureusement,
l’interprétation retenue sera trop souvent la pire. Dans ces conditions, il se trouve acculé à
revenir à ses critiques des années 1962-1965, et à affirmer en 1976 : « J’accuse le Concile ».




Mais à ce moment là pourquoi commencer le texte par :


CE QUE NOUS NE DISONS PAS SUR VATICAN II
Que la crise actuelle proviendrait uniquement du Concile



alors que ce texte démontre et expose toutes les raisons de penser le contraire !


La discussion

 On en a parlé, mais j'invite vivement les lecteur [...], de Athanase [2011-03-08 14:23:24]
      aïe aîe, de Scribe [2011-03-08 14:30:08]
          Autre exemple, de Athanase [2011-03-08 14:46:55]
              Merci, de Scribe [2011-03-08 14:51:46]
                  La base est abandonnée à ses convictions, de Anton [2011-03-08 16:52:18]
      Texte clair ?, de 8Charly [2011-03-08 14:51:28]
          La notion de causalité est très équivoque, de Athanase [2011-03-08 15:50:51]