Un tiers des adolescentes portugaises recourent à la pilule du lendemain
Carlos -  2005-03-03 13:07:54

Un tiers des adolescentes portugaises recourent à la pilule du lendemain

Un tiers des adolescentes portugaises recourent à la pilule du lendemain Source : Libre.be Un tiers des adolescentes portugaises âgées de 15 à 19 ans ont déjà eu recours à la pilule du lendemain pour prévenir une grossesse non désirée, selon une étude publiée jeudi par le quotidien Diario de Noticias. Selon cette enquête menée par la Société portugaise de gynécologie, 16% de ces jeunes filles, soit une sur six ne prend aucun contraceptif régulièrement, tout en reconnaissant avoir des rapports sexuels. Pourtant 88,3% des adolescentes interrogées déclarent avoir eu accès à l’information sur la contraception à l’école. «C’est un problème plus profond, les adolescents sont informés mais n’utilisent pas cette information dans leur vie quotidienne», souligne le président de la Société Daniel Pereira da Silva, interrogé par le quotidien. «Il faut changer de discours et rendre les jeunes responsables de leur comportement sexuel», estime-t-il. Pour Daniel Pereira da Silva, «il est important d’éviter que la contraception d’urgence soit utilisée sur une base régulière». C’est dans la tranche des 20 à 39 ans que la contraception régulière est en revanche la plus répandue. Le Portugal est le deuxième pays de l’Union européenne avec le plus fort taux de maternité chez les adolescentes, soit 5,9%. L’avortement reste interdit, sauf en cas de danger pour la vie de la mère, ou, dans certains délais, de risques pour sa santé physique ou psychique, de malformation congénitale du foetus ou de violences sexuelles. Dans ce pays catholique, contraception et avortement restent des sujets controversés. Mercredi un prêtre franciscain, le père Nuno Serras Pereira, a ouvert une polémique en publiant une petite annonce dans le quotidien Publico: il déclarait qu’il refusait de donner la communion aux catholiques qui ont recours à des moyens de contraception, qui recourent à la procréation assistée, qui acceptent la loi, pourtant très restrictive, en vigueur sur l’avortement ou encore qui prônent l’euthanasie.