Le premier argument
Yves Daoudal -  2011-01-30 19:55:43

Le premier argument

de Mgr Brandmüller:

"C´est une ´insulte personnelle´ aux très nombreux prêtres qui ont choisi, qui vivent et assument fidèlement leur célibat"

me paraît absurde (et j'ai peur d'y discerner une sorte de rancoeur, comme celle du fils aîné de la parabole: moi j'ai subi le célibat, ce n'est pas pour voir débarquer des prêtres mariés). Il y a des prêtres mariés dans les Eglises catholiques orientales et les prêtres célibataires ne voient pas cela du tout comme une "insulte personnelle". Il y a tout simplement deux sortes de prêtres. Si l'on met de côté les aspects idéologiques anticatholiques ("protestantisantes") de certaines de ces revendications, la question me paraît légitime. Certes, le célibat remonte sans doute à l'époque apostolique. Certes, l'Eglise catholique latine a toujours tenu au célibat. MAIS le fait est qu'il y a toujours eu des prêtres mariés dans les Eglises orientales. Que, pour prendre un exemple que je connais, dans l'Eglise grecque-catholique de Croatie la plupart des prêtres sont mariés. Et que l'Eglise de Rome n'a jamais demandé aux Eglises orientales qui retrouvaient l'union de renoncer aux prêtres mariés. Pour prendre un autre exemple que je connais, l'Eglise grecque-melkite catholique, au Liban, en Syrie, en Palestine, a des prêtres mariés. Assez peu. C'est un "vir probatus" du village reculé où il habite. Un village où il n'y aurait ni messe ni sacrements de façon habituelle s'il n'était pas là. Et pour prendre mon exemple personnel, si j'étais ainsi le prêtre de mon village il y aurait la messe tous les jours dans mon église et non deux fois par mois, et une présence effective de l'Eglise dans le village. Cela dit je respecte pleinement la doctrine du magistère sur le sujet. Mais le fait est que la situation actuelle dans nos pays s'est mise à ressembler à celle des campagnes syriennes...