pour confirmer
Luc Perrin -  2009-02-12 22:37:35

pour confirmer

"Non, vous ne connaissez pas vos limites. Et appuyer vos énormités sur des auteurs qui ne les partagent pas n’est pas la preuve de votre humilité en la matière. Sur Newman et Manning vous écrivez, par exemple : "Il [Newman] est surtout supplanté par l'ultramontain extrême qui a succédé à Wiseman, le cardinal Manning, dont la position fut écartée par le concile Vatican I, mais qui avait toute la confiance de Pie IX." (Luc Perrin) Et je le réécris, tout est exact, pas la plus petite erreur. Insultez moi autant que vous voudrez, cela n'y changera rien. Les liseurs trouveront confirmation de ma phrase dans les ouvrages académiques de référence sur le catholicisme anglais au XIXe et Vatican I. exemple flagrant et navrant (je passe sur le flot d'insultes ... il me semblait que sur le FC, comme dans la vie, il était demandé un peu de retenue ?) : John Daly réécrivant Luc Perrin et lui faisant dire ce qu'il n'a jamais écrit, évidemment ... "Or, affirmer dans le contexte d’une discussion de Newman, que « la position » de Manning « fut écartée par le concile Vatican I » est une affirmation proprement grotesque. Manning voulait que soit définie l’infaillibilité pontificale. Newman ne le voulait pas. C’est une évidence et une certitude qu’en définissant l’infaillibilité le Concile a porté un coup sévère à Newman (proche de Dupanloup et de Döllinger) alors que Manning était du parti victorieux" ou cette perle digne des procureurs de feu Staline : "Or un homme qui présente Manning comme écarté par Pastor Æternus par comparaison avec Newman perd tout crédit sur le sujet. " (J. Daly) Comparez avec la phrase, dans son contexte initial, et la déformation malhonnête sautera aux yeux. Où est-il écrit qu'il y a affrontement à Vatican I entre Newman et Manning ??? Newman n'y était pas! Petit exercice d'explication de texte, cela aura une vertu pédagogique: - Newman est supplanté : en effet il est une grande figure du catholicisme anglais après sa conversion mais Manning a la faveur de Pie IX, qui le crée cardinal car il est plus inconditionnellement ultramontain. Manning se méfie des catholiques anglais de souche et escompte une romanisation plus profonde grâce aux immigrés venus d'Irlande : c'est ce qui se produira. D'où la surprise de voir cette figure intellectuelle majeure (Newman), reconnue via la pourpre par Léon XIII, restée un peu à l'écart pendant une bonne part du règne de Pie IX. - Manning fait partie des "papimanes" les plus exaltés : ce ne sont pas les formulations de ce groupe qui seront retenues, la majorité de Vatican I ayant été constituée autour des cardinaux Guidi, Pie et Dechamps. Avec l'intervention non négligeable du "Tiers parti". Il va évidemment de soi que dans une discussion, il est difficile de donner un cours d'histoire pour chaque groupe de 2 ou 3 mots employés. Mais ensuite, M. Daly peut emboucher la corne de brume et sonner l'alarme à partir de phrases comprises, délibérément ?, de travers, détachées de leur contexte et "expliquées" à sa sauce. Vieux procédé ! Have a good night, you obviously need some rest.