Les archives du Forum Catholique
Forum | Documents | Liens | Q.F.P. | Oremus

Les archives du Forum Catholique

JUILLET 2003 A MARS 2011

Retour à la liste des messages | Rechercher

Afficher le fil complet

Le Message Imprimer
Auteur : Scrutator Sapientiæ
Sujet : Remerciements et précisions sur le libéralisme.
Date : 2011-03-19 14:50:20

Bonjour Luc PERRIN,

1. D'une part, merci beaucoup pour vos réponses à la manifestation de créativité lexicale ou sémantique de Henri HUDE ; je ne sais trop s'il faut mettre sur le compte de la candeur, du contournement ou du détournement de sens, sa tentative de réhabilitation d'une interprétation et d'une signification du libéralisme absolument exorbitantes du sens commun :

- le fait qu'une personne soit dite "libérale" ne relève que de l'une de ses qualités morales personnelles ;

- le fait qu'une profession soit dite "libérale" ne relève que de son mode d'organisation et de fonctionnement ;

- alors que, par exemple, une philosophie "libérale", lorsqu'elle débouche sur l'organisation de l'économie et de la société, mais aussi de la politique et de la religion, d'une manière libérale, n'a absolument pas pour intention ni pour résultat d'obtenir

- que toutes les personnes deviennent "libérales", dans l'acception morale du terme,

- que toutes les professions deviennent "libérales", dans l'acception juridique du terme.

2. Par ailleurs, le catholique, celui, en tout cas, qui se place à la suite de Léon XIII, dans Libertas, distingue nettement entre liberté et licence, là où le libéral, dans l'acception économique et philosophique de ce terme, s'interdit de le faire, ou, en tout cas, s'interdit de le faire pour les mêmes raisons, car

- c'est une chose d'être respectueux d'un idéal de justice ordonné à un idéal de vérité, et d'être opposé, par principe, par la pensée et par l'action, à l'injustice,

- c'en est une autre d'être respectueux des intérêts des acteurs économiques les plus importants et influents, et d'être opposé, pour cette raison, à une injustice "excessive", qui risque de donner lieu à des troubles susceptibles de porter atteinte, par rétroaction, à ces mêmes intérêts.

3. J'irai plus loin, l'un des ressorts de la construction de l'Union européenne m'y oblige : au risque de surprendre ou de déplaire, j'affirme qu'une politique économique parfaitement libérale peut se révéler parfaitement réductrice de liberté, non accidentellement, mais bien intentionnellement : quand trois opérateurs privés se substituent à un opérateur public, mais pratiquent, même sans entente flagrante, une même politique, en termes de prestations et de tarifs, au point de se ménager mutuellement, je ne vois pas très bien où se situe la liberté de choix des consommateurs ; or, la libéralisation de pans entiers de l'économie, depuis le début des années 1980, a fréquemment abouti à ce résultat, souvent tendancieux, parfois désastreux.

4. Tous les mots sont susceptibles d'être subvertis ou travestis, mais pour se rapprocher le plus possible de l'interprétation du libéralisme économique et philosophique la plus respectueuse de sa signification la plus communément admise, il suffit de penser à deux synonymes suffisamment explicites : laisser-fairisme et libre-échangisme ; le libéral est laisser-fairiste et libre-échangiste, non seulement dans l'économie de l'avoir, mais aussi dans l'économie de l'agir, et il l'est jusqu'à ce que cela lèse ses propres intérêts. Il appelle alors au secours, horresco referens, l'Etat sauveur, afin que celui-ci, au moment d'une "crise", "intervienne", non d'une manière vraiment curative, mais d'une manière uniquement palliative.

5. Face à la question de savoir dans quelle mesure le libéralisme économique des XIX° et XX° siècles se situe en conformité ou en contradiction, vis-à-vis du libéralisme philosophique des XVII° et XVIII° siècles, je n'aurai pas l'ambition ni la prétention de répondre en quelques mots, mais je ferai remarquer que le libéralisme économique, lui aussi, a décollé ou démarré au XVII° siècle, et avant tout ou notamment en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas.

6. Il me semble qu'il y a, sur ces questions, une illusion d'optique rétrospective ; sous prétexte que les idéologies totalitaires du XX° siècle sont incontestablement en contradiction avec le christianisme, on peut être tenté de voir dans le libéralisme un courant de pensée et d'action moins explicitement incompatible ou plus spontanément compatible avec le christianisme en général, avec la doctrine sociale de l'Eglise en particulier.

7. Sous un certain angle, que vous connaissez sûrement mieux que moi (cf Centesimus Annus) ce n'est pas totalement erroné, mais sous un autre angle, que vous connaissez également mieux que moi (cf Evangelium Vitae), il me semble que c'est totalement infondé.

8. Certes, une dictature militaro-politique anti-libérale est explicitement et concrètement hostile à la liberté individuelle, sinon à la liberté de conscience, du moins, surtout, aux libertés d'expression et de réunion ; mais elle n'est pas nécessairement hostile, il convient de le souligner, à l'économie de marché.

Mais l'hégémonie médiatique contemporaine du libéralisme est implicitement, insidieusement, subtilement hostile à toute tentative de contestation, authentiquement libératrice et responsabilisante, de LA vision faussement libératrice et vraiment déresponsabilisante de la "liberté" qu'elle s'efforce d'imposer ou d'infliger aux "consommateurs d'opinions" que sont les téléspectateurs.

8. Une dernière remarque, à propos des deux textes de Henri HUDE ; imaginons un seul instant qu'un adversaire du christianisme s'approprie ce genre d'argumentaire, et le retourne contre une critique, non seulement du libéralisme économique, mais aussi du libéralisme philosophique, qui serait faite, on peut rêver, par un évêque français.

Que dirait alors Henri HUDE ? Que le contradicteur de cet évêque a mieux compris que Monseigneur l'essence du libéralisme, puisqu'il s'en est remis à la vision que lui-même, Henri HUDE, en a donné ?

Bonne fin d'après-midi et de journée.

Scrutator.


La discussion

 La suite du fil "Etre libéral", de Marie-Alix Doutrebente [2011-03-13 21:09:40]
      "C'est beau..., de Le souricier [2011-03-13 21:23:55]
          Je préfère ce passage-là..., de Marie-Alix Doutrebente [2011-03-13 21:32:26]
              Oui... pas mal..., de Le souricier [2011-03-13 22:20:13]
      Bravo à Luc Perrin, de Ennemond [2011-03-13 21:44:50]
          deux points sur mon échange avec, de Luc Perrin [2011-03-13 23:09:26]
              Remerciements et précisions sur le libéralisme., de Scrutator Sapientiæ [2011-03-19 14:50:20]