Les archives du Forum Catholique
Forum | Documents | Liens | Q.F.P. | Oremus

Les archives du Forum Catholique

JUILLET 2003 A MARS 2011

Retour à la liste des messages | Rechercher

Afficher le fil complet

Le Message Imprimer
Auteur : Alexandre
Sujet : «Nourricier et le gardien fidèle de ses principaux trésors du Père éternel» (s. Joseph)
Date : 2011-03-18 23:39:14




S. Joseph charpentier (1643), par Georges de La Tour (Louvre, Paris)

Le 19 mars


SAINT JOSEPH,

époux de la sainte Vierge Marie

et Patron de l’Église universelle




I. BRÉVIAIRE ROMAIN (1961)

Premier Nocturne


Du livre de la Genèse

(ch. 39, 1-5) Joseph fut emmené en Égypte.
Putiphar, eunuque de Pharaon et commandant des gardes, un Égyptien,
l’acheta aux Ismaélites qui l’avaient amené là-bas.
Or, le Seigneur assista Joseph à qui tout réussit,
et il resta dans la maison de son maître, l’Égyptien.
Son maître vit que le Seigneur l’assistait
et faisait réussir entre ses mains tout ce qu’il entreprenait.
Joseph trouva faveur à ses yeux:
il fut attaché au service du maître, qui l’institua son majordome
et lui confia tout ce qui lui appartenait.
Et, dès qu’il l’eut mis en charge de sa maison et de tout ce qui lui appartenait,
le Seigneur bénit la maison de l’Égyptien, en considération de Joseph.


(ch. 41, 37-40) Le discours de Joseph plut à Pharaon
et à tous ses officiers et Pharaon dit à ses officiers:
«Trouverons-nous un homme comme celui-ci, en qui soit l’esprit de Dieu?»
Alors Pharaon dit à Joseph: «Après que Dieu t’a fait connaître tout cela,
il n’y a personne d’intelligent et de sage comme toi.
C’est toi qui seras mon maître du palais
et tout mon peuple se conformera à tes ordres,
je ne te dépasserai que par le trône.»


(ch. 41, 41-44) Pharaon dit à Joseph: «Vois: je t’établis sur tout le pays d’Égypte!»
Et Pharaon ôta son anneau de sa main et le mit à la main de Joseph,
il le revêtit d’habits de linon et lui passa au cou le collier d’or.
Il le fit monter sur le meilleur char qu’il avait après le sien
et on criait devant lui: «Attention!»
Ainsi fut-il établi sur tout le pays d’Égypte.
Pharaon dit à Joseph: «Je suis Pharaon, mais sans ta permission
personne ne lèvera la main ni le pied dans tout le pays d’Égypte.»



Le Songe de Saint Joseph, par Goya (coll. part.)

Deuxième Nocturne


Sermon de saint Bernard, abbé
(A la louange de la Vierge Mère 2, 16: SC 390, 164-167)

Qui, et quel homme fut saint Joseph, imagine-le par le titre,
à nuancer cependant, dont Dieu voulut bien l’honorer
au point qu’on le dise et le croie père de Dieu.
Imagine-le par son propre nom même,
qui, sans aucun doute, signifie «accroissement».
Souviens-toi aussi de ce grand patriarche jadis vendu en Égypte:
sache que l’un n’a pas seulement reçu le nom de l’autre,
mais qu’il a également obtenu sa chasteté,
et atteint son innocence et sa grâce.


Cependant, ce Joseph-là,
vendu par la haine de ses frères et emmené en Égypte,
préfigura la trahison du Christ.
Ce Joseph-ci, fuyant la haine d’Hérode, emporta le Christ en Égypte.
Celui-là, fidèle à son maître, n’a pas voulu s’unir à l’épouse de son maître ;
celui-ci gardant la continence, a reconnu la virginité de son épouse,
la Mère de son Seigneur,
et l’a fidèlement protégée.
A l’un est donné de connaître les mystères des songes;
à l’autre est donné d’être conscient et participant des mystères célestes.


Celui-là a gardé le blé, non pour lui-même, mais pour tout le peuple:
celui-ci a reçu en garde tant pour lui-même
que pour le monde entier, le Pain vivant du Ciel.
Il n’y a pas de doute qu’il ne fut un homme bon et fidèle,
ce Joseph, fiancé à la Mère du Sauveur.
Serviteur fidèle et prudent, dis-je,
que le Seigneur a établi comme soutien de sa Mère,
comme nourricier de sa propre chair,
et, en définitive, comme seul collaborateur très fidèle
de son grand dessein sur le monde.



Le mariage de la sainte Vierge (1504), par Raphaël (Pinacothèque de Brera)

Troisième Nocturne

Lecture du saint Évangile selon saint Matthieu
(1, 18-21; version du Lectionnaire de 1964-65)

Marie, mère de Jésus, était alors fiancée à Joseph;
et avant qu’il aient habité ensemble,
elle se trouva enceinte par l’action de l’Esprit-Saint.
Joseph, son époux, qui était un homme juste
et ne voulait pas la dénoncer,
résolut de la renvoyer secrètement.
Comme il y pensait,
voici que l’Ange du Seigneur lui apparut en songe
et lui dit: «Joseph, fils de David,
ne craint pas de prendre chez toi Marie ton épouse,
car ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit-Saint.
Elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus,
car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés.»



Mort de saint Joseph, par Jacques Stella (Musée des Beaux-Arts de Grenoble)


Homélie saint Jérôme, prêtre
(Commentaire sur s. Matthieu I, 1, 18-19: SC 242, 76-79)

Pourquoi n’est-ce pas une simple vierge, mais une fiancée qui conçoit?
D’abord pour montrer par la généalogie de Joseph l’origine de Marie;
en second lieu de peur qu’elle ne soit lapidée par les Juifs comme adultère;
en troisième lieu pour qu’elle ait le soutien d’un époux lors de la fuite en Égypte.
Le martyr Ignace ajoute un quatrième motif qui explique pourquoi une fiancée a conçu:
c’est, dit-il, pour cacher au démon le mystère de cet enfantement,
pour qu’il croie l’enfant né d’une épouse et non d’une vierge.


«Avant qu’ils aient habité ensemble, elle se trouva enceinte
par l’action de l’Esprit-Saint.»
Personne ne le découvre, si ce n’est Joseph;
il lui était permis presque comme à un époux
de connaître tout de sa future épouse.
Quand il est dit: «Avant qu’ils aient habité ensemble»,
il ne s’ensuit pas qu’ils se soient unis plus tard.
L’Écriture indique simplement ce qui ne s’est pas produit.


«Joseph, son époux, qui était un homme juste
et ne voulait pas la dénoncer résolut de la renvoyer secrètement.»
Si quelqu’un s’unit à une adultère, il n’est avec elle qu’un seul corps;
et il est marqué dans la loi que sont coupables de péché
non seulement ceux qui ont commis des fautes,
mais aussi ceux qui sont de connivence.
Comment peut-on écrire que Joseph est juste
alors qu’il cache la faute de son épouse?
Mais c’est un témoignage en faveur de Marie:
Joseph qui connaît sa chasteté et s’étonne de ce qui arrive,
couvre de son silence ce dont il ignore le mystère.


Ajout, dans le bréviaire monastique
(Ib. , n° 20: SC 242, 78-81)

«Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie ton épouse.»
Nous l’avons déjà dit précédemment, aux fiancées on donne le nom d’épouses;
c’est ce qu’enseigne plus au long notre livre contre Helvidius.
Et en outre l’ange s’adresse à Joseph durant son sommeil, en termes affectueux,
ainsi, il approuve entièrement le bien-fondé de son silence.
En même temps, il faut le noter, Joseph est appelé fils de David;
de la sorte, Marie est présentée comme étant aussi de la race de David.


–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––



Annonce à Joseph (église N.-D. de la Croix de Ménilmontant, Paris)


H Y M N E S

(Cardinal Giacomo Casanate, bibliothécaire de la Ste Église [Naples 1620 - Rome 1700])

A Matines

Cǽlitum, Joseph, decus atque nostræ
certa spes vitæ columénque mundi,
quas tibi læti cánimus, benígnus
súscipe laudes.

O Joseph, gloire des habitants des cieux et sûr espoir de notre vie,
colonne du monde,
reçois avec bienveillance
les louanges que, joyeux, nous te chantons.


Te Sator rerum státuit pudícæ
Vírginis sponsum, voluítque Verbi
te patrem dici, dedit et minístrum
esse salútis.

C’est toi que l’Auteur du monde a choisi pour épouse de la Vierge très pure;
il a voulu qu’on te nomme le père du Verbe
et il t’a donné d’être
le ministre du salut.


Tu Redemptórem stábulo jacéntem,
quem chorus Vatum cécinit futúrum,
áspicis gaudens, humilísque natum
Numen adóras.

Le Rédempteur couché dans une étable,
dont le chœur des Prophètes a chanté la venue,
tu le contemples avec joie, et tu adores humblement
ce Dieu qui vient de naître.


Rex Deus regum, Dominátor orbis,
cujus ad nutum tremit inferórum
turba, cui pronus famulátur æther,
se tibi subdit.

Le Roi, Dieu des rois, Maître du monde,
qui d’un signe fait trembler les légions infernales,
et que le ciel sert en s’inclinant,
se soumet à toi.


Laus sit excélsæ Tríadi perénnis,
quæ tibi præbens súperos honóres,
det tuis nobis méritis beátæ
gáudia vitæ. Amen.

Louange éternelle soit à la très haute Trinité;
qu’en te déférant de sublimes honneurs,
elle nous donne par tes mérites
les joies de la vie bienheureuse. Amen.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Joseph charpentier (église N.-D. de la Croix de Ménilmontant, Paris)


A Laudes

Iste, quem læti cólimus, fidéles,
cujus excélsos cánimus triúmphos,
hac die Joseph méruit perénnis
gáudia vitæ.

Celui que joyeux nous fêtons, nous, les fidèles,
celui dont nous chantons les célestes triomphes,
Joseph, en ce jour a mérité
les joies de l’éternelle vie.


O nimis felix, nimis o beátus,
cujus extrémam vígiles ad horam
Christus et Virgo simul astitérunt
ore seréno.

O trop fortuné, trop heureux,
celui qu’à sa dernière heure,
le Christ et la Vierge veillèrent ensemble
le visage serein.


Hinc stygis victor, láqueo solútus
carnis, ad sedes plácido sopóre
migrat ætérnas, rutilísque cingit
témpora sertis.

Vainqueur de l’enfer, libéré du lien de la chair,
d’un paisible sommeil il passe à l’éternel séjour
et ceint son front
d’un diadème éclatant.


Ergo regnántem flagitémus omnes,
adsit ut nobis, veniámque nostris
óbtinens culpis, tríbuat supérnæ
múnera pacis.

Maintenant qu’il règne,
supplions-le de nous aider;
qu’il nous obtienne le pardon de nos fautes
et nous procure les biens de l’éternelle paix.


Sint tibi plausus, tibi sint honóres,
trine, qui regnas Deus, et corónas
áureas servo tríbuis fidéli
omne per ævum. Amen.

A vous les applaudissements,
à vous les honneurs, ô Dieu trine,
qui régnez et qui accordez des couronnes d’or
pour toujours au serviteur fidèle. Amen.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


La mort de s. Joseph (église N.-D. de la Croix de Ménilmontant, Paris)

A Vêpres

Te, Joseph, célebrent ágmina cǽlitum,
te cuncti résonent christíadum chori,
qui, clarus méritis, junctus es ínclitæ
casto fœdere Vírgini.

Que les phalanges célestes te célèbrent, ô Joseph,
qu’ils te chantent tous les chœurs des anges,
toi, qui, brillant de mérites,
fus uni par une chaste alliance à l’illustre Vierge.


Almo cum túmidam gérmine cónjugem
admírans, dúbio tángeris ánxius,
afflátu súperi Fláminis Angelus
concéptum Púerum docet.

Quand le germe béni gonfle le sein de ton épouse,
tu t’étonnes, un doute angoissant te saisit;
mais un Ange t’apprend que l’enfant fut conçu
par le souffle venu d’en-haut.


Tu natum Dóminum stringis, ad éxteras
Ægýpti prófugum tu séqueris plagas;
amíssum Sólymis quæris, et ínvenis,
miscens gáudia flétibus.

Tu presses dans tes bras le Seigneur nouveau-né,
tu le suis fugitif sur les plages d’Égypte;
perdu dans Jérusalem, tu le cherches et le trouves,
mêlant des joies à tes larmes.


Post mortem réliquos sors pia cónsecrat
palmámque eméritos glória súscipit;
tu vivens, Súperis par, frúeris Deo,
mira sorte beátior.

Ce n’est qu’après la mort que les autres humains voient fixer leur sort bienheureux:
la gloire accueille alors ceux qui méritent la palme;
toi, c’est de ton vivant, qu’égal à ceux d’en-haut,
par un destin plus merveilleux encore, tu jouis de Dieu.


Nobis, summa Trias, parce precántibus;
da Joseph méritis sídera scándere;
ut tandem líceat nos tibi pérpetim
gratum prómere cánticum. Amen.

A nous qui te prions pardonne, ô suprême Trinité;
par les mérites de Joseph, fais-nous monter aux cieux,
pour qu’il nous soit permis enfin
de redire à jamais le chant de notre gratitude. Amen.




Oratoire Saint-Joseph, Montréal (chapelle votive, bas-relief de Guardo)



II. LITURGIE DES HEURES (1971)

Sermon de saint Bernardin de Sienne
(Homélie sur saint Joseph, n. 2: Opera omnia 7, 16.27-30)

Joseph, gardien fidèle

C’est une loi générale, dans la communication de grâces particulières à une créature raisonnable: lorsque la bonté divine choisit quelqu’un pour une grâce singulière ou pour un état sublime, elle lui donne tous les charismes nécessaires à sa personne ainsi qu’à sa fonction, et qui augmentent fortement sa beauté spirituelle.

Cela s’est tout à fait vérifié chez saint Joseph, père présumé de notre Seigneur Jésus Christ, et véritable époux de la Reine du monde et Souveraine des anges. Le Père éternel l’a choisi pour être le nourricier et le gardien fidèle de ses principaux trésors, c’est-à-dire de son Fils et de son épouse; fonction qu’il a remplie très fidèlement. C’est pourquoi le Seigneur a dit: Bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton maître.

Si tu compares Joseph à tout le reste de d’Église du Christ, n’est-il pas l’homme particulièrement choisi, par lequel et sous le couvert duquel le Christ est entré dans le monde de façon régulière et honorable? Si donc toute la sainte Église est débitrice envers la Vierge Marie parce que c’est par elle qu’elle a pu recevoir le Christ, après elle, c’est à saint Joseph qu’elle doit une reconnaissance et un respect sans pareil.

Il est en effet la conclusion de l’Ancien Testament: c’est en lui que la dignité des patriarches et des prophètes reçoit le fruit promis. Lui seul a possédé en réalité ce que la bonté divine leur avait promis.

Certes, il ne faut pas en douter: l’intimité, le respect, la très haute dignité que le Christ pendant sa vie humaine portait à Joseph, comme un fils à l’égard de son père, il n’a pas renié tout cela au ciel, il l’a plutôt enrichi et achevé.

Aussi le Seigneur ajoute-t-il bien: Entre dans la joie de ton maître. Bien que la joie de l’éternelle béatitude entre dans le cœur, le Seigneur a préféré dire: Entre dans la joie de ton maître, pour faire comprendre mystérieusement que cette joie ne sera pas seulement en lui, mais qu’elle l’enveloppera et l’absorbera de tous côtés, qu’elle le submergera comme un abîme infini.

Souviens-toi de nous, bienheureux Joseph, intercède par le secours de ta prière auprès de ton Fils présumé; rends-nous propice également la bienheureuse Vierge, ton épouse, car elle est la mère de celui qui, avec le Père et le Saint-Esprit, vit et règne pour les siècles sans fin. Amen.</


La discussion

 «Nourricier et le gardien fidèle de ses principa [...], de Alexandre [2011-03-18 23:39:14]
      Litanies de Saint Joseph, de ami de la Miséricorde [2011-03-19 11:40:19]
      9ème jour de la Neuvaine à Saint Joseph , de ami de la Miséricorde [2011-03-19 11:45:51]
      Méditation avec l'Imitation de Jésus-Christ, de ami de la Miséricorde [2011-03-19 11:49:37]