Les archives du Forum Catholique
Forum | Documents | Liens | Q.F.P. | Oremus

Les archives du Forum Catholique

JUILLET 2003 A MARS 2011

Retour à la liste des messages | Rechercher

Afficher le fil complet

Le Message Imprimer
Auteur : Vianney
Sujet : Quand Claudel racontait “le désastre japonais”
Date : 2011-03-17 11:05:22


Quand Claudel racontait “Le désastre japonais”, le séisme meurtrier de 1923

"Yokohama est détruit. De la mer aux collines de Kanagawa, à l'exception d'une maison unique qui dresse gauchement près de la gare de Sakunagicho son bloc luisant de céramique, tout est vide". Paul Claudel, alors ambassadeur de France au Japon, raconte le cataclysme du 1er septembre 1923.

Ce séisme d'une magnitude de 7,9 sur l'échelle ouverte de Richter avait fait 142.807 morts et disparus dans Tokyo et ses environs. Le bilan provisoire du séisme et du tsunami qui ont frappé le Japon il y a une semaine s'élevait mercredi à 4.314 décès confirmés, 8.606 disparus et 2.282 blessés. Le nombre redouté de morts était estimé à nettement plus de 10.000 par divers responsables.

L'écrivain, ambassadeur au Japon de 1921 à 1927, avait alors livré sous le titre "Le désastre japonais" un récit poignant de ce qui reste un des plus grands désastres des temps modernes. La revue Lectures pour tous l'avait publié en janvier 1924.

Paul Claudel avait parcouru la région touchée par le séisme pour secourir les 300 résidents français du port de Yokohama et partir à la recherche de sa fille qu'il retrouvera saine et sauve.

Tokyo, le 1er septembre 1923. "Tout bougeait. C'est une chose d'une horreur sans nom que de voir autour de soi la grande terre bouger comme emplie tout à coup d'une vie monstrueuse et autonome", écrit Paul Claudel. "Ma vieille ambassade se débattait au milieu de ses étais comme un bateau amarré", ajoute-t-il.

Le futur académicien use de mots simples et de phrases ramassées dans ce récit d'une douzaine de pages illustrées de dessins à l'encre de Chine. "Les incendies ont commencé, de toutes parts les colonnes de fumée s'élèvent, les voies d'eau sont coupées, les pompes écrasées sous les ruines, le vent souffle en tempête, c'est un typhon qui passe en ce moment sur la capitale".

Neuf heures plus tard, l'ambassadeur Claudel parvient à gagner le port de Yokohama "une grande ville qui brûle sous mes yeux tout entière" avec les citernes de pétrole en feu, attisé par des vents violents qui calcine les maisons en bois. "Une vapeur ardente flotte sur une cuve (de pétrole) qu'attisent encore, par bouffées véhémentes, les derniers souffles du typhon qui expire".

En avançant, il découvre, "une avenue semée de débris et de cadavres, des cadavres, encore des cadavres sans vêtements, sans peau, des formes rouges et noires tordues comme des sarments. Une odeur épouvantable de matière brûlée et de cadavres".

Près du consulat de France écroulé, "l'on assiste aux scènes violentes ordinaires dans ce genre de catastrophes : un père qui vient de voir sa fille brûlée vive sous ses yeux, un enfant de deux ans abandonné, les deux jambes brûlées".

Paul Claudel relate les jours qui suivent le séisme à Tokyo, "où déjà s'agite un peuple humble et acharné de constructeurs. Chacun arrive avec sa pioche, son panier, sa poignée de riz, son bout de planche son morceau de toile, sa feuille de zinc, et de toutes parts s'élèvent de petits abris aussi frêles que le cocon du ver".


Source


La discussion

 Quand Claudel racontait “le désastre japonais”, de Vianney [2011-03-17 11:05:22]
      une autre catastrophe : Hiroshima, quelques années [...], de jejomau [2011-03-17 11:47:34]
          C’est beau, la science, de Vianney [2011-03-17 13:28:56]
          merci pour la pertinence de, de Paxtecum [2011-03-17 16:16:13]
      Un récit, de AVV-VVK [2011-03-18 21:19:04]