Les archives du Forum Catholique
Forum | Documents | Liens | Q.F.P. | Oremus

Les archives du Forum Catholique

JUILLET 2003 A MARS 2011

Retour à la liste des messages | Rechercher

Afficher le fil complet

Le Message Imprimer
Auteur : Alexandre
Sujet : «Pourrait-il aimer son prochain, celui qui ne s’aime pas lui-même?» (Lundi)
Date : 2011-03-13 21:52:09


Le jugement dernier, par Michel-Ange (Rome, chapelle Sixtine)

LUNDI DE LA PREMIÈRE SEMAINE DE CARÊME

Le passage d’évangile de ce jour est le même dans le Missel de 1962 et le Lectionnaire de 1970-1981.
La traduction donnée ci-dessous est celle de
l’homélie des éditions du Bréviaire Romain de 1568 à 1961.


Suite du saint Évangile selon saint Matthieu (25, 31-46)
1. En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples: «Lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa majesté, avec tous les Anges, il s’assiéra sur le trône de sa majesté. Toutes les nations seront assemblées devant lui; et il séparera les uns d’avec les autres, comme le berger sépare les brebis d’avec les boucs; et il placera les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche. Alors le Roi dira à ceux qui sont à sa droite: “Venez, les bénis de mon Père, possédez le royaume qui vous a été préparé dès l’établissement du monde. Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais sans asile, et vous m’avez recueilli; j’étais nu, et vous m’avez vêtu; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venu à moi.” Alors les justes lui répondront: “Seigneur, quand est-ce que nous vous avons vu avoir faim, et que nous vous avons donné à manger; avoir soif, et que nous vous avons donné à boire? Quand est-ce que nous vous avons vu sans asile, et que nous vous avons recueilli; ou nu, et que nous vous avons vêtu? Ou quand est-ce que nous vous avons vu malade ou en prison, et que nous sommes venus à vous?” Et le Roi leur dira: “En vérité, je vous le dis, toutes les fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits d’entre mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.” Il dira ensuite à ceux qui seront à gauche: “Retirez-vous de moi, maudits, allez au feu éternel, qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. Car j’ai eu faim, et vous ne m’avez pas donné à manger; j’ai eu soif, et vous ne m’avez pas donné à boire; j’étais sans asile, et vous ne m’avez pas recueilli; j’étais nu, et vous ne m’avez pas vêtu; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.” Alors ils lui répondront, eux aussi: “Seigneur, quand est-ce que nous vous avons vu avoir faim, ou avoir soif, ou sans asile, ou nu, ou malade, ou en prison, et que nous ne vous avons pas assisté?” Alors il leur répondra: “En vérité, je vous le dis, toutes les fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.” Et ceux-ci iront au supplice éternel, mais les justes à la vie éternelle.»

Homélie de saint Augustin, évêque (Traité sur la foi et les œuvres, I, 15, 25; PL 40, 214)
Si l’on peut, sans garder les commandements, parvenir à la vie, par la seule foi qui «sans les œuvres est morte» (Jc 2, 26), comment alors le Seigneur dira-t-il avec vérité à ceux qu’il placera à sa gauche: «Allez-vous-en dans le feu éternel préparé pour Satan et ses anges» (Mt 25, 41)? Il ne leur reproche pas de n’avoir pas cru en lui, mais de n’avoir pas accompli de bonnes œuvres. Car de peur que l’on se promette la vie éternelle par la foi qui sans les œuvres est morte, il a dit qu’il séparerait toutes les nations qui paissent mêlées dans les mêmes pâturages. De la sorte, il sera manifeste que ceux qui alors lui diront: «Seigneur quand est-ce que nous t’avons vu souffrir en tel ou tel cas et que nous ne t’avons pas servi?» (Mt 25, 44) seront ceux-là mêmes qui, tout en croyant en lui, ne se sont guère souciés d’accomplir des bonnes œuvres, comme si l’on pouvait, par une foi morte, parvenir à la vie éternelle!

2. Dirons-nous de ceux qui n’ont pas pratiqué les œuvres de miséricorde qu’ils iront au feu éternel, tandis que là n’iraient pas ceux qui ont volé le bien d’autrui, ou bien ceux qui ont profané en eux le temple de Dieu et ont été ainsi sans miséricorde envers eux-mêmes? Comme si les œuvres de miséricorde pouvaient avoir quelque utilité sans l’amour! L’Apôtre le dit: «Quand je distribuerais tous mes biens pour nourrir les pauvres, si je n’ai pas la charité, je n’y gagne rien» (1 Co 13, 3). Ou bien pourrait-il aimer son prochain comme lui-même, celui qui ne s’aime pas lui-même? Oui, «qui aime l’iniquité déteste son âme» (Ps 10, 6).

3. Et qu’ici nul ne dise, comme le font quelques-uns qui s’illusionnent eux-mêmes, que si le feu est dit éternel, le châtiment, lui, ne l’est pas! Voici leur pensée: ceux auxquels ils promettent le salut comme à travers le feu passeront certes par ce feu éternel en châtiment de leur foi morte. Mais tout éternel que soit ce feu, leur brûlure à eux, c’est-à-dire l’action du feu, ne sera pas éternelle pour eux. Le Seigneur, en tant qu’il est Seigneur, prévoyait cette objection même, aussi donne-t-il à sa sentence ces mots comme conclusion: «Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle» (Mt 25, 40). Elle sera donc éternelle, comme le feu, la brûlure et là s’en iront, dit la Vérité, tous ceux dont elle a montré clairement que leur manquaient, non la foi, mais les bonnes œuvres.


La discussion

 «Pourrait-il aimer son prochain, celui qui ne s [...], de Alexandre [2011-03-13 21:52:09]