Les archives du Forum Catholique
Forum | Documents | Liens | Q.F.P. | Oremus

Les archives du Forum Catholique

JUILLET 2003 A MARS 2011

Retour à la liste des messages | Rechercher

Afficher le fil complet

Le Message Imprimer
Auteur : XA
Sujet : A la découverte du Beau (Jean Ousset)
Date : 2008-02-09 08:35:24

A la découverte du Beau
par Jean Ousset


L'amour du beau, l'émotion esthétique appartiennent tellement à ce que l'homme a de plus cher, de plus intime, de plus précieux en lui...; tant de rêves s'y rattachent, tant d'heures exquises ou exaltantes leur sont dues...; les fibres les plus profondes de son être s'en trouvent à ce point irradiées, réconfortées, qu'il est juste, qu'il est normal d'éprouver à leur endroit ces mêmes sentiments de réserve, de douce crainte, de pudeur qui nous assaillent quand un parent, un ami très aimé viennent nous confier, par exemple, le secret d'un jeune amour, le secret d'une vocation naissante.

"Comparée à la musique, a dit Nietsche, toute phrase a quelque chose d'indécent...". Mais combien plus indécente alors l'ambition d'un exposé comme celui-ci... entretien odieusement dogmatique sur le Beau. Car le Beau... ça se contemple, c'est fait pour être appréhendé d'un seul élan... ce n'est pas fait pour être phrasé. D'où le paradoxe de ce que je me propose de dire ! N'est-ce pas illégitime en soi ?

Tant d'êtres, tant de choses ne s'épanouissent qu'à la condition d'être respectés à l'extrême, à condition de n'y point toucher, à condition de n'en point parler.

En conséquence, s'attacher à une analyse plus ou moins scolaire, sinon scolastique, de la Beauté n'est-ce pas en détruire l'harmonie, la déflorer en tant que Beauté même ?!

Sans aucun doute ! C'est le péril qu'elle court ! Et que je cours, avec elle, ce soir ! Comme si l'on proposait à un amoureux de disséquer sa bien-aimée, sous prétexte de la mieux connaître et, partant, de l'aimer davantage.

Contempler le Beau... en silence ! Dans le recueillement de ces amants mieux éduqués, mieux avertis, plus fervents... tels devraient être les seuls "entretiens esthétiques". Car, en effet, aujourd'hui, il est peu de sujets plus discordants que celui du Beau. Si le monde a connu des périodes heureuses où l'unanimité d'un goût sûr se manifestait en styles admirables, le plus ignare de nos contemporains est bien obligé de reconnaître aujourd'hui les effets d'une anarchie a peu près complète au chapitre du Beau. Personne au juste ne sait ce que c'est, ce que cela signifie... "Questions de goût personnel". "Des goûts et des couleurs, il n'y a pas à discuter...". Tels sont les avis les plus répandus.

Un minimum de règles

Qu'est-ce donc que le Beau ?

S'il est ce que chacun ose en dire, s'il n'est de beau qu'au gré de nos humeurs, loin de le définir cela le rend vain : tout comme serait vain le code de la route s'il était laissé à la libre fantaisie de chaque conducteur.

Une norme qui change ou peut changer d'un individu à l'autre n'est pas une norme. Elle n'est rien. Comme le dit fort bien Diderot, dans son traité sur la peinture : "si le goût est une chose de caprice, il n'y a aucune règle du beau". Dire que le beau tient seulement à l'opinion que chacun s'en fait revient à dire que le Beau n'existe pas ou qu'il est simplement une expression verbale sans valeur objective. En ce cas, il serait plus correct de se contenter de dire : "ceci me plaît... ceci ne me plaît pas...". Il n'y aurait dès lors rien à ajouter. Mais quel intérêt peut offrir pareil avis à celui qui pense autrement "Ceci vous plaît, ceci ne me plaît pas". Il n'y a logiquement plus rien à dire. Dialogue terminé !

On le voit : ou il importe d'avoir le courage de dire, haut et clair, que l'esthétique est le domaine d'une pagaille, sympathique peut-être, mais systématique des appréciations humaines, ou il importe d'y rechercher, d'y découvrir, d'y professer un minimum de règles.

Règles proposées non par voie d'autorité... (laquelle est beaucoup trop mal reçue aujourd'hui). Mais règles comme recueillies à la source et dans le jaillissement de nos réactions esthétiques.

Pour cela, il suffit, pensons-nous, d'observer dans quels cas... comment... les mots "beau" ou "beauté" montent aux lèvres. Quels synonymes sont employés, académiques ou non. Quels cris, quelles formules, quelles expressions s'entendent ou se voient quand le Beau est affirmé ou qu'il y a émotion esthétique.

(à suivre)


La discussion

 A la découverte du Beau (Jean Ousset), de XA [2008-02-09 08:35:24]