Les archives du Forum Catholique
Forum | Documents | Liens | Q.F.P. | Oremus

Les archives du Forum Catholique

JUILLET 2003 A MARS 2011

Retour à la liste des messages | Rechercher

Afficher le fil complet

L’islam en question (Jean Madiran) Imprimer
Auteur : XA
Sujet : L’islam en question (Jean Madiran)
Date : 2006-02-02 12:42:19

L’islam en question

C’est mercredi matin que France Soir reproduisait les douze caricatures de Mahomet. En toute hâte, dès mercredi soir, dans un communiqué à l’AFP, le propriétaire de France Soir annonçait qu’il avait « révoqué Jacques Lefranc », directeur du journal, remplacé par Eric Fauveau qui en assurera les fonctions par intérim « à partir de ce soir [mercredi] à 20 h 30 ».
Le « propriétaire » de France Soir est Raymond Lakah, en qualité de patron de Montaigne Press qui détient la majorité de Presse Alliance, société éditrice de France Soir.
La nomination d’Eric Fauveau semble rencontrer quelques difficultés juridiques. Et dans FranceSoir du lendemain, Jacques Lefranc était toujours mentionné comme « président et directeur de la publication ».

■ Claude Goasguen, député UMP de Paris, trouve que « c’est très bien d’être solidaire » comme et avec FranceSoir. Hélas, nous n’avons aucune sympathie à exprimer aux journalistes de cette publication.
Ils invoquent maintenant Voltaire pour défendre la liberté de la presse danoise et celle de la presse norvégienne. On ne les a point vus défendre la liberté, ici en France, dans les nombreux procès d’opinion faits à L’Action française, à Rivarol, au Libre Journal, à National-Hebdo ou à Présent.

■ Ce que nous avions rapidement signalé hier comme un « commentaire stupide » de France Soir concernait sa proclamation : « Oui, nous avons le droit de caricaturer Dieu. » Un « droit » qui serait en somme, après le cheval, la plus noble conquête de l’homme laïque. En soi, l’expression « caricaturer Dieu » est d’une portée que ne soupçonnaient apparemment pas les journalistes de France Soir. Vingt siècles de christianisme ont énoncé que « caricaturer Dieu » est l’oeuvre de Satan, en tout cas l’une des caractéristiques que l’on peut en donner. En réalité il ne s’agissait d’ailleurs pas de Dieu, mais de Mahomet son Prophète, et si l’on voulait une correspondance dans nos pays, il faudrait parler non point de caricaturer Dieu mais de caricaturer saint Pierre, comme Jacques Faizant s’y employait en effet assez souvent dans Le Figaro. Le vrai problème au demeurant n’est pas celui de la caricature, mais d’abord et principalement celui de la représentation, interdite par la loi coranique ; tandis qu’il n’y a chez nous aucune interdiction de représenter les prophètes de l’Ancien Testament, Isaïe, Jérémie, Ezéchiel et les autres.

■ Quittons France Soir sur son invocation de la formule de Voltaire, qu’il cite ainsi, « en substance », dit-il :
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire. »

On la cite plutôt sous cette forme :

« Je déteste vos idées, mais je serais prêt à me faire tuer pour défendre votre droit de les exprimer librement. »

Cela revient au même et ne change rien au fait que cette formule, ou cette idée, n’est pas de Voltaire, mais attribuée [faussement] à Voltaire, chaque fois qu’il est question de liberté d’expression. Et c’est un faux-semblant. Ceux qui la citent ne le font qu’à leur propre profit, ou à celui de leurs amis. Nous l’avons mesuré en 1994, quand Jean d’Ormesson s’en réclamait hautement. On était en plein dans les procédures d’opinion contre Caroline Parmentier. Nous lui avons, avec la recommandation de Voltaire, fait parvenir le dossier de l’affaire.
Nous ne lui demandions pas d’aller jusqu’à se faire tuer. Mais il n’est allé nulle part. Il n’a pas bougé d’un pouce ni prononcé un seul mot. Ce sont des choses que l’on n’oublie pas. On ne nous fait plus marcher avec Voltaire et la liberté d’expression. Tant pis pour France Soir.

■ Henri Tincq dans Le Monde parle gentiment du « divorce qui demeure, en islam, avec une notion comme la liberté de la presse ». Le « divorce » est aussi bien, « en islam », avec plusieurs autres « notions », à commencer par la distinction entre autorité spirituelle et autorité temporelle. Et c’est apparemment un divorce indissoluble. L’affaire des douze dessins est anecdotique, mais significative. Philippe de Villiers a raison de faire remarquer que dire : « Mahomet est un imposteur » n’est pas un délit en France mais risque de le devenir. Le vrai problème est posé par ce qu’il appelle une « islamisation de la société française », phénomène qu’il faut « stopper » en supprimant, dit-il, les « horaires séparés dans les piscines », la « nourriture spéciale dans les cantines », mais surtout les mariages forcés et la polygamie en France. C’est juste. Mais ce serait traiter des symptômes et non leur cause.
JEAN MADIRAN

Article paru dans l'édition de PRESENT NUMÉRO 6017 datée du VENDREDI 3 FÉVRIER 2006 page 1


La discussion

 L’islam en question (Jean Madiran), de XA [2006-02-02 12:42:19]
      Réunion sur l'Islam à Mazamet, de croisé81 [2006-02-02 14:27:35]